Skip to content

Super Imprimeurs, Survivants et Sacrifiés

février 2, 2012

Deux futurs sont possibles pour l’imprimerie, l’un pessimiste et l’autre plus heureux malgré le déplacement de l’impression vers les médias numériques selon Ronnie H. Davis, auteur du titre « Competing for Print’s Thriving Future » paru chez Printing Industries Press.

Avant de développer ce point de vue, l’auteur nous offre une petite leçon sur la théorie de l’économie de marché et sa pertinence pour l’avenir de l’industrie graphique.

Leçons apprises de la théorie de marché

L’imprimerie est un cas classique de ce que les économistes appellent un marché de concurrence monopolistique. Les principales composantes d’une concurrence monopolistique sont les suivantes :

  • Un grand nombre d’entreprises « similaires » produisent des produits et des services différenciés.
  • Des barrières à l’entrée et à la sortie relativement faibles.
  • Une concurrence relativement intense sur les caractéristiques des produits, les services et les prix pratiqués.

En effet, les imprimeurs s’efforcent de différencier leurs produits et leurs services de la concurrence pour obtenir une sorte de monopole : être seul à proposer de l’impression personnalisée, interactive, de l’impression à bas prix, grand format, aujourd’hui de l’impression en ligne, sur tous supports, etc.

Ronnie H. Davis nous explique aussi que l’impression a trois fonctions principales:

  1. Imprimer dans le but d’informer ou de communiquer des informations factuelles et éditoriales au travers des magazines, journaux, livres et rapports.
  2. Imprimer pour fournir des imprimés de logistique accompagnant des produits fabriqués tels que des emballages, des étiquettes, des enveloppes, ou des manuels « utilisateur » du produit.
  3. Imprimer dans le but de commercialiser, promouvoir, ou de vendre divers produits, services, promotions ou encore idées – l’impression promotionnelle au travers des catalogues, du marketing direct, et des brochures.

La première et la troisième fonction sont aujourd’hui concurrencées par les supports et médias numériques. Ces deux fonctions représentent une part importante du volume global d’impression, ce qui explique en partie la baisse générale des commandes dans ce secteur comme le montre la figure 1 « les ajustements du marché de l’impression – 1 » qui met notamment en exergue le perpétuel déséquilibre entre les capacités d’impression et la chute des prix.

Print_Market_Adjustments_1

Figure 1, les ajustements du marché de l’impression

Ce déséquilibre a alors un impact sur les entreprises et explique la baisse drastique du nombre des imprimeries en France comme à l’étranger. En revanche, elle contribue à inverser la tendance de la baisse des prix notamment en raison de la diminution de l’offre causée par ces fermetures d’entreprises (voir la figure 2 « les ajustements du marché de l’impression – 2 »).

Print_Market_Adjustments_2

Figure 2, les ajustements du marché de l’impression

Ainsi, nous dit Ronnie H. Davis, les imprimeries qui survivent, capturent des parts de marché et voient leur cahier de commandes augmenter (la figure 3 montre ce mouvement de la demande de la courbe 1 vers la courbe 2 pour ces imprimeries). Cette réduction du nombre de concurrents a également pour effet de réduire l’intensité concurrentielle (c’est pourquoi la courbe 3 de la demande résultante est alors plus raide).

Print_Market_Adjustments_3

Figure 3, l’ajustement concurrentiel

Les imprimeries qui survivent, ont alors l’opportunité d’augmenter réellement leurs ventes alors même que le total des ventes du secteur baisse. Par exemple, si le total des ventes du secteur recule de 2% et que le nombre des imprimeries diminue de 3%, les survivants comme les appellent Ronnie H. Davis verront alors une augmentation de leurs ventes de 1%. Les leaders du secteur pourraient même facilement voir leurs ventes annuelles augmentées bien au-delà (figure 4).

Print_Market_Adjustments_4

Figure 4, les différents futurs possibles (l’industrie, les survivants, les leaders)

L’auteur nous remet également  une autre perspective d’avenir pour les imprimeries en fonction de leur probabilité de survivre ou de quitter la course dans les années à venir.  En utilisant les données des ratios de l’industrie graphique américaine sur les performances financières des imprimeries, l’auteur dresse quatre catégories possibles (figure 5)[1]. Il s’agit notamment de:

Des Supers Imprimeurs – les imprimeurs qui font au-dessus de 6 à7% de marge sur leurs ventes. Ces imprimeurs survivront et prospéreront.

Les survivants – les imprimeurs qui font 2 à 5% de marge sur leurs ventes. Ces imprimeurs ne font pas partie des leaders, mais survivront probablement.

Les (imprimeries) à risque  – les imprimeurs qui sont à peine au seuil de rentabilité ou perdent de l’argent. Ces imprimeries ont un risque élevé de faire faillite ou de se retrouver en redressement judiciaire.

Les (imprimeries) sacrifiées – Les imprimeries dans le dernier quart de la rentabilité qui subissent continuellement des pertes. Ces entreprises quitteront très probablement le secteur.

Print_Market_Adjustments_5

Figure 5, la course pour un futur (profils des concurrents)

BIOGRAPHIE

CompetingCompeting for Print’s Thriving Future

b

 b

 b

b


[1] Attention les pourcentages sont fixés en fonction du marché américain.

From → - Stratégie -

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :